COURS / Comment financer une économie ? Quels sont les modes de financement ?

Revenir au menu précédent : U3 CEJM / Thème 1 / ECONOMIE : Les relations entre l'entreprise et son environnement

 

Comment financer les activités économiques ?

Pour financer les activités économiques, il faut mettre en relation les agents économiques à besoin de financement avec ceux à capacité de financement.

  • Les agents à capacité de financement : on considère souvent que ce sont les ménages. Ils ont des recettes qui sont plus élevés que leurs dépenses (ou investissements).

  • Les agents à besoin de financement : ce sont souvent les entreprises ou l’Etat, qui nécessitent des capitaux importants pour financer leurs investissements. Ainsi, leurs dépenses sont plus élevées que leurs recettes.

 

 Les deux modes de financement

 

Le financement interne

Il s’agit de financer ses activités à l’aide de ses propres capitaux. On appelle « l’autofinancement ». L’avantage principal est que l’on reste totalement indépendant financièrement.

 

Le financement externe

Il s’agit de faire appel à d’autres agents économiques pour nous prêter des capitaux. Il existe deux types de financement externe :

  • Le financement externe indirect : on fait intervenir un intermédiaire comme une banque.

 

  • Le financement externe direct : l’échange a lieu sur le marché financier directement entre les deux agents économiques concernés. (Voir la suite du cours)

 

3/ Le marché financier

Dans cette partie, on va parler du financement externe direct. Juste avant, voici un petit point sur ce marché financier.

 

Le marché des capitaux est composé de deux marchés :

  • Le marché monétaire : il s’agit du marché de l’argent à court terme. Ce sont des surplus de trésorerie des banques ou des entreprises qui sont prêtés.

 

  • Le marché financier : il s’agit du marché à moyen/long terme. On y échange des titres financiers : des actions ou des obligations. On le connait tous sous le nom de la « bourse »

 

 

Qu’est-ce qu’une action ?

Une action est une part de l’entreprise. Lorsque l’on détient une action, on détient une petite fraction du capital social de l’entreprise. Ainsi, on participe aux conseils d’administration et on bénéficie des dividendes (bénéfices) reversées en fonction de la part qu’on détient.

Exemple : si on détient 5% des actions de l’entreprise, on touchera 5% des bénéfices réalisés.

 

 

Qu’est-ce qu’une obligation ?

Lorsque l’on investit dans une obligation, en fait, on participe au financement de la dette d’une entreprise (ou plus souvent de l’Etat). Ce titre financier est moins risqué car le taux est fixe, mais donc il est moins rémunérateur.

Ainsi, pour pouvoir réaliser ses investissements, une entreprise peut opter pour :

  • L’émission d’actions : elle ouvre son capital à des investisseurs. L’avantage est de pouvoir récolter très rapidement des fonds. Mais l’inconvénient est qu’on n’est plus les seuls dirigeants.

 

  • L’émission d’obligations : on recherche des personnes voulant bien prêter leur argent qui seront remboursés de manière échelonnée avec un taux d’intérêt fixe.

 

Les deux parties du marché financier

Revenons à l’essentiel de cette partie : le marché financier.

Le marché financier est composé de deux marchés :

  • Le marché primaire : il s’agit de l’endroit où sont émis toutes les nouvelles actions ou obligations de la part des entreprises.

 

  • Le marché secondaire : il s’agit du marché de « l’occasion ». Sur ce marché, il est possible de revendre les titres que l’on a acheté sur le marché primaire. Il s’agit souvent d’un échange entre deux investisseurs dont l’un souhaitant revendre ses titres.

 

En quoi le marché primaire dépend-il du bon fonctionnement du marché secondaire ?

Le marché secondaire permet d’assurer une certaine liquidité aux titres acquis sur le marché primaire.

Pour rappel, la liquidité correspond à la capacité d’échanger une monnaie/un investissement en moyen de paiement (en argent liquide).

Ainsi, le marché secondaire permet de rassurer les investisseurs. En effet, ils pourront acheter des actions (ou obligations) sur le marché primaire, qu’ils pourront facilement revendre sur le marché secondaire en cas de besoin.

 

 

Qu’est-ce que la capitalisation boursière ?

La capitalisation boursière est la valeur d’une entreprise sur le marché financier. Elle prend en compte le prix d’une action de l’entreprise = le cour d’une action. Le cour d’une action fonctionne comme un marché, selon l’offre ou la demande. Plus le prix baisse, et plus la demande augmente. Et inversement.

 

 

4/ L’intermédiation bancaire

Maintenant, dans cette partie, on va parler du financement externe indirect. Il s’agit d’un mode de financement où on retrouve un intermédiaire supplémentaire : la banque.

Remarque : les institutions financières concernent les banques ; les sociétés financières ; les sociétés de crédit-bail…

 

  • Les agents économiques à capacité de financement (les prêteurs) déposent leur argent dans la banque

 

  • Les agents économiques à besoins de financement (les emprunteurs) sollicitent la banque pour avoir un crédit.

 

La banque peut alors :

  • Récolter les fonds versés par les prêteurs et les redistribuer aux emprunteurs. 

 

  • Ou créer de la monnaie en octroyant un prêt directement

 

 

Quels sont les enjeux de l’intermédiation bancaire ?

  • Pallier aux problèmes d’horizon temporelle

En effet, les prêteurs veulent pouvoir récupérer leur argent rapidement, alors que les emprunteurs souhaitent emprunter sur du long terme. La banque permet ainsi, par récolte de tous les fonds, d’assurer les différences d’horizon des deux parties. Lorsque le prêteur veut récupérer son argent, il en a la possibilité.

Exemple : si un « prêteur » prête directement 20 000 EUR à un emprunteur sur 20 ans. Il va devoir attendre 20 ans avant de pouvoir récupérer son argent intégralement.

 

  • Eviter les problèmes d’insolvabilité et réduire les risques. En effet, la banque, par la multitude de dépôt, peut pallier à un éventuel problème de remboursement. Le prêteur pourra toujours recevoir son argent déposé. 

 

  • Réduire l’asymétrie de l’information entre prêteur et emprunteur. En effet, la banque connait les bonnes informations sur chacune des deux parties, puisque c’est son travail.

 

 

La spécificité des banques : la création de monnaie

Lorsqu’une banque intervient dans un échange, elle peut soit :

  • Réunir les fonds récoltés auprès de tous les prêteurs de celle-ci qui ont déposé leur épargne.

 

  • Créer de la monnaie directement. En octroyant un prêt, la banque injecte de la monnaie dans l’économie. Ce prêt va être dépensé directement par l’emprunteur, qu’il remboursera sur plusieurs années.

 

Vers une désintermédiation bancaire ?

Face à l’amélioration des NTIC et de l’information, les ménages se tournent de plus en plus directement vers le marché financier. En réduisant les intermédiaires, les placements sont ainsi plus rémunérateurs.

Face à cette tendance, la banque a dû se réinventer. Ainsi, on assiste maintenant à une « intermédiation de marché ». Les banques proposent désormais des titres financiers à ses clients. Elle sert désormais d’intermédiaire sur le marché financier.