COURS / Quels sont les dysfonctionnements potentiels du marché ?

Revenir au menu précédent : U3 CEJM / Thème 1 / ECONOMIE : Les relations entre l'entreprise et son environnement

 

Le marché s’autogère. Les prix se fixent en fonction de l’offre et de la demande, et l’Etat n’intervient pas. Cependant, il doit tout de même intervenir pour palier certaines défaillances.

 

 

1/ Les différents types de dysfonctionnements

Les insuffisances d’informations

L’Etat doit corriger lorsqu’il y a asymétrie de l’information. C’est lorsque l’une des deux parties (offreur ou demandeur) ne connait pas toute la vérité de l’échange (sur les caractéristiques du produit, les points négatifs, les vices cachés…). Pour y faire face, l’Etat peut mettre en place des documents obligatoires à fournir au client pour effectuer l’échange en toute transparence.

Exemple de documents : le contrôle technique ; le diagnostic énergétique…

 

Les entraves à la concurrence

L’Etat doit réguler le marché en sanctionnant (par des amendes) les entraves à la concurrence. Il s’agit notamment des ententes sur les prix, des abus de position dominante, et du contrôle des phénomènes de concentration.

Quels sont les différents types d’entraves à la concurrence ?

  • L’entente sur les prix : c’est lorsque deux concurrents se réunissent et se mettent d’accord sur le prix de vente d’un produit similaire. Le problème étant la hausse des prix pour les consommateurs en cas d’entente.

 

  • L’abus de position dominante : c’est lorsqu’une entreprise très importante fait notamment du chantage à son partenaire qui lui est beaucoup moins important.

 

  • Les concentrations : c’est lorsque les entreprises se rachètent entre-elles pour former qu’un unique groupe. L’Etat doit veiller à ce qu’on ne soit pas en situation de monopole après le rachat

 

 

Un climat de confiance instable

L’Etat doit instaurer un climat de confiance et faire des lois qui ne déstabilisent pas celui-ci. Sans confiance, l’échange devient difficile car les demandeurs se méfient des offreurs, et inversement

 

 Les externalités du marché

Qu’est-ce qu’une externalité ?

Une externalité correspond aux conséquences des actions d’un agent économique (particulier, entreprise, Etat…), sur un autre agent économique, sans qu’il n’en paie les conséquences.

Lorsque l’on effectue des actions, celle-ci peuvent affectées indirectement la vie d’autres individus. Celles-ci peuvent être positives ou négatives.

 

Exemple d’externalités négatives :

  • L’émission de CO2.
  • La pollution de l’eau par l’évacuation de ses déchets.
  • Fumer une cigarette à côté d’une autre personne.
  • L’intensité sonore à côté des aéroports.

 

Exemple d’externalités positives :

  • Création d’un jardin : bénéfique pour l’écosystème.
  • Recyclage de déchets.
  • Faire du covoiturage.

 

Comment gérer les externalités ?

L’Etat doit réguler les externalités, notamment celles qui sont négatives. La plupart des externalités négatives sont d’ailleurs liées à l’environnement. Pour rationaliser la production des entreprises (et ainsi réduire les externalités), l’Etat peut mettre en place des taxes, des quotas à ne pas dépasser, des malus…

 

Exemple : le droit à polluer

Il s’agit d’un quota attribué à chaque entreprise en fonction de son activité et de sa taille. Si l’entreprise dépasse ce quota, elle devra payer des taxes supplémentaires. Si elle en produit moins, elle aura la possibilité de vendre ses droits restants à d’autres entreprises ayant besoin d’augmenter leur quota.